Rejoignez nous
sur facebook !


Eglise Notre-Dame de la Nativité
Origine : Cette église dédiée à NOTRE-DAME DE LA NATIVITE, est en réalité la seconde église de la cité, la première étant la Chapelle de la Oultre, au-delà du Madon.
La première pierre en a été posée le 18 février 1303. A l'origine, la rue était au niveau actuel de l'église, qui au 18e siècle a été "enterrée" par les exhaussements successifs de la rue. On construisit alors 8 marches nécessaires pour y descendre. De même, pour atteindre la rue en contrebas, il n'y a pas moins de 40 marches.

Vue extérieure :
On n'en voit pratiquement que la Tour, supportant la flèche octogonale qui a remplacé en 1755 une flèche à quatre pans ; les maisons voisines l'enserrent étroitement.
Cette tour a subi une restauration de 1992 à 1997, pratiquement toutes les pierres ont été remplacées et une seule horloge coté rue a été conservée dans son emplacement originel, les 3 autres ont été supprimées.
A voir également les entrées du porche avec ses belles pierres de taille en ogive.

Rentrons à l'intérieur :
- A l'entrée, quatre piliers ronds et massifs du 14e siècle constituent les premières travées. Les suivantes datent des 15e et 16e siècles.
- Sous la voûte gothique du chœur, un retable monumental (1623) porte une toile de Claude Deruet, "l'Assomption de la Vierge" (M.H. 1903).
Jusqu'en 1982, trois autres toiles s'y succédaient suivant le cycle liturgique :
- "l'Adoration des Mages" de Claude Bassot, Nancy 1633 (M.H 1961).
- "La Résurrection" d'Etienne Gelée, Epinal 1634 (M.H 1961).
- "La Vierge et l'Enfant et les Saints" de Dominique Prot, Nancy 1658 (M.H 1961)

La chapelle de la Oultre
Lieu de culte primitif de la ville, la chapelle fut érigée aux alentours de l' An Mille, sur un plan assez simple comprenant une grande nef, un transept et un choeur. En 1426, Jean des Piliers fonde la chapelle Saint-Nicolas.
Les deux chapelles et le choeur reçurent une voûte sur croisée d'ogive. Pour supporter la maçonnerie, il fallut construire un contrefort du côté extérieur droit. Le chœur et la sacristie augmentèrent leur superficie.Le portail d'entrée reçut un décor flamboyant.
Dans le choeur, à côté de l'autel, une toile peinte du XVII' siècle représente Saint Amable, chantre originaire de Riom (Auvergne). Ce saint était réputé pour protéger des serpents et des sorciers.
Sur le mur du fond se trouve une statue de Saint Sébastien.
Dans la chapelle Notre-Dame un retable à treize niches, finement sculpté, représentait le Christ et ses apôtres. Statue de Notre-Dame en bois doré.
Dans la chapelle Saint-Nicolas, un retable de bois XVIIIè siècle avec statue de Saint Nicolas. La voûte porte des traces d'une fresque représentant l'arbre de Jessé, c'est-à-dire la généalogie du Christ. Face à Saint Nicolas, se trouve la pierre de fondation de la chapelle par Jehan et Nicolas Des Piliers. Cette famille, établie en Lorraine au XIVè siècle, était une des alliées des Neufchâtel
Dans la nef, remarquer la pierre tombale aux armes des Piliers, armes parlantes: de gueules (rouge) aux trois piliers d'argent. Christ en croix XVIè, pieta XVIè.
Une toile de Dominique Prot, artiste lorrain du XVIIè siècle, orne la nef. L’Assomption de la Vierge avec Saint Augustin et Saint Pierre Fourier, présentant les règles de la congrégation, oeuvre provenant de l'ancien couvent. Au-dessus de la porte, toile du XVIIè, représentant Saint Pierre d' Alcantara, venant du couvent des Capucins.
Le cimetière fut créé autour de la chapelle, en même temps que celle-ci et constitua le seul cimetière de la ville jusqu'en 1828. Mais la chapelle, comme les autres édifices religieux de la ville, servit aussi de nécropole.

Les Halles
Centre de la vie marchande, ce bâtiment fut construit sur décision du Duc Henry de Lorraine (23 juin 1614), en remplacement de halles de bois, ce qui fait spécifier au Duc de construire "en bons matériaux avec force emploi de pierres de taille pour l'embellissement". Jean La Hire, architecte, auteur des fortifications de Nancy, conçut le nouveau bâtiment dont la construction dura jusqu'en 1617. Au rez-de-chaussée avait lieu le commerce des grains, la salle de l'étage étant réservée aux drapiers, tanneurs et corroyeurs.

Au cours du siècle, le bâtiment souffrit des différentes guerres, mais fut toujours réparé.
Lieu public très fréquenté, le périmètre des Halles fut élu pour recevoir la lanterne (1668), puis la girouette et le cheval de bois pour exposer publiquement malfaiteurs et femmes adultères.
En 1860, modification de la façade ouest par ajout d'une balustrade en pierre de taille ajourée en entrelacs. A cette période, la salle du premier étage servait aux réunions publiques, banquets. Plus tard, elle servit de salle de ventes aux enchères.

La Fédération des sociétés savantes
Cet outil a été construit pour favoriser les relations, les contacts entre vous et tous les bénévoles qui œuvrent pour mettre en valeur le patrimoine vosgien, faire connaître le passé historique du département et ses richesses architecturales ou naturelles.
www.histoire-patrimoine-vosges.org

Tous droits reservés - Office de Tourisme de Mirecourt - © 2010
ILLUSTRATIONS :